Aller au contenu principal

Le Patrimoine

Château

chateau de pisanyIl ne subsiste que de maigres vestiges de ce qui fut le château des seigneurs de Pisany. Situé à proximité des halles, il trouve ses origines dans une première forteresse construite au XIIe siècle par la famille de Rabaine. Il en est fait mention pour la première fois un siècle plus tard, de même que le nom de son propriétaire de l'époque, Hélie de Rabaine.


Les jardins du château de Pisany.

Le château souffre sans doute beaucoup au moment de la guerre de Cent Ans, car il est presque entièrement reconstruit au cours du XVe siècle, époque à laquelle il passe à Arnauld de Tourettes, président du parlement de Bordeaux.

Au siècle suivant, il passe entre les mains d'Arthus de Vivonne, père de Jean de Vivonne. Ambassadeur de France, chevalier de l'ordre du Saint-Esprit et premier marquis de Pisany, il est également le père de Catherine de Vivonne, marquise de Rambouillet, et le grand-père de Julie d'Angennes, duchesse de Montausier. En 1748, le château devient la propriété de Jean Charles de Saint-Nectaire.

Endommagé au cours d'une violente tempête en 1784, peu entretenu après la Révolution, il se dégrade progressivement et n'est restauré qu'au cours du XIXe siècle. C'est aujourd'hui une propriété privée. Il conserve une partie de ses murs du XVe siècle et un pavillon à pont-levis.
 

Les halles de Pisany

Halles de PisanyLes halles de Pisany, sans doute d'origines médiévales, sont reconstruites au XVIe siècle par Jean de Vivonne, premier marquis de Pisany40, dont un buste a été placé au centre de l'édifice. La paroisse, important centre agricole, tenait plusieurs foires et marchés.

Dès 1476, elle se voit ainsi accorder par le roi Louis XI le droit d'accueillir quatre foires annuelles et un marché hebdomadaire : « Loys, par la grâce de Dieu, Roy de France (...) avons, audit lieu de Puissagny, ordonné et estably, créons, ordonnons et establissons, de grâce especial, plaine puissance et auctorité royal, par ces présentes, quatre foires l’an, avecques ledit marché chacune sepmaine l’an »41. Le seigneur de Pisany en supervisait l'organisation et perçevait un impôt sur chaque foire et marché, appelé tonlieu. Les halles sont également le lieu des exécutions capitales, et c'est à une potence située à proximité42 (voire aux poutres des halles) que sont pendus les condamnés.

Pisany reste un centre agricole et un marché très important après la Révolution, où on vient vendre productions maraîchères du val d'Arnoult, grains et bestiaux. En 1842, les halles sont amputées d'une travée, afin de libérer de l'espace devant les maisons. En 1858, la commune organise huit foires annuelles, foires qui perdurent pendant une grande partie du XXe siècle40.

Les halles de Pisany sont situées au cœur du bourg, soulignant l'importance des activités agricoles dans cette localité. Elles constituent un des rares exemples de ce genre d'édifice à avoir été conservées dans les environs, avec celles de Rioux, de Saint-Jean-d'Angle et de Mornac-sur-Seudre. Elles sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1971.


Chapelle Saint-Léonard

Chapelle Saint-LéonardLa petite paroisse de Pisany a longtemps eu pour lieu de culte la chapelle du château, située à proximité des halles et placée sous l'invocation de sainte Barbe. Sans doute endommagée pendant les années de conflit entre Français et Anglo-Aquitains (guerre de Cent Ans), elle est reconstruite en 1499 par Jeanne de Rabaine, dame de Pisany40.
Façade de la chapelle Saint-Léonard (XVIIIe siècle).

Au XVIIe siècle, l'édifice est devenu inadapté aux besoins du culte et Julie d'Angennes, duchesse de Montausier et marquise de Pisany, obtient le droit de faire ériger une nouvelle chapelle, dont il ne subsiste plus aucun vestige aujourd'hui (sinon une cloche, conservée dans la chapelle actuelle)40.

Les quatre premières pierres de la chapelle que nous connaissons (une à chaque angle) sont posées au cours d'une cérémonie solennelle le 5 juillet 1785, sous la supervision d'Antoine Fabre, curé de la paroisse. François Perruchon, notaire royal et procureur fiscal, pressenti pour poser la deuxième pierre, est finalement remplacé par Jean Frogé, fermier du marquisat de Pisany, et les deux autres sont posées par Jean-Baptiste Dutard, notaire royal et conseiller des actes, et Philippe Dutard, maître chirurgien. Un Te Deum vient clôturer la cérémonie43. La chapelle, placée sous la protection de saint Léonard, est finalement achevée en 1788, peu avant la Révolution40.

La chapelle Saint-Léonard est située sur une placette aménagée entre deux maisons, un peu en retrait de la rue Principale, face aux halles. Elle se compose d'une nef rectangulaire, couverte d'un simple plafond, et éclairée par une série de baies en plein cintre dotées de vitraux (XIXe) reprenant essentiellement des motifs végétaux stylisés. La façade, inspirée par le classicisme, est traitée avec une grande sobriété. Percée d'une baie rectangulaire, elle est sommée d'un campanile surmonté d'un fronton triangulaire.


Gare de Pisany

La gare de Pisany est un grand bâtiment typique de la ligne de chemin de fer Saintes-Royan, proche par ses proportions et son architecture des gares de Varzay et de Saint-Romain-de-Benet. Construite en 1910, elle sert tout à la fois au transport des passagers, à celui des bestiaux et à celui du matériel agricole.

 

Source : Wikipédia